Untitled Page
Untitled Page
Primature Côte d'Ivoire Accueil
Publié le 25/10/2016
Discours de SEM. Daniel Kablan DUNCAN, Premier ministre de Côte d'Ivoire à l'occasion de la cérémonie de remise du rapport de la CDVR, le 25 Octobre 2016

-    Mesdames et Messieurs les Représentants des Présidents des Institutions ;
-    Madame le Ministre de la Solidarité, de la    Cohésion Sociale et de l'Indemnisation des Victimes ;
-    Mesdames et Messieurs les Ministres ;
-    Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Membres du Corps diplomatiques ;
-    Mesdames et Messieurs les Représentants des partenaires techniques et financiers ;
-    Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux, Directeurs et Chefs de Services ;
-    Chers Amis des Medias ;
-    Honorables invités ;
-    Mesdames, Messieurs ;


C'est avec beaucoup de plaisir que je prends part à la cérémonie de ce jour, dédiée à la remise du rapport de la  Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR).
Comme vous le savez cette semaine est une semaine particulièrement chargée pour le Gouvernement, en raison de la campagne  en vue du référendum du 30 octobre prochain. Dans ce cadre, je dois moi-même me rendre à Assinie tout à l'heure, pour un meeting. Et je crois que Madame le Ministre de la Solidarité doit elle aussi prendre la route pour la Région du Tonkpi immédiatement après cette cérémonie.
Cependant, et compte tenu de l'importance que j'attache à la remise du rapport de la CDVR, j'ai fait réaménager mon programme, afin d'y prendre personnellement part.
Il me plaît donc de saluer toutes les personnalités qui ont accepté de s'associer à cette cérémonie. Merci à toutes et à tous pour votre présence distinguée.

-    Excellences, Mesdames et Messieurs ;

Il faut se souvenir que, par la création de la CDVR, instrument de justice transitionnelle ou réparatrice, Son Excellence Alassane Ouattara, Président de la République, a marqué sa volonté de concilier la recherche de la vérité, avec le repentir, le pardon et la réparation des préjudices moraux et matériels subis par les victimes des crises survenues en Côte d'Ivoire.
Il s'agit donc de tourner les pages tristes de deux (2) décennies de grande fracture sociale, pour que la Côte d'Ivoire retrouve ses réflexes du vivre ensemble et de la convivialité, en vue de la consolidation de la paix et du renforcement de la cohésion sociale.  
 

A cet égard, le rapport de la CDVR était fortement attendu par la communauté nationale et internationale. Sa publication offre l'occasion à chaque citoyen ivoirien et à tous ceux qui s'intéressent à la vie de notre pays, de savoir ce qui s'est réellement passé dans une Côte d'Ivoire dont l'hymne national célèbre la Fraternité et l'Hospitalité.

Que s'est-il passé pour que le pays de Feu le Président Félix Houphouët-Boigny, l'apôtre de la Paix et du dialogue, bascule dans une violence meurtrière dont les conséquences physiques et psychologiques ont hypothéqué à jamais la vie de milliers de personnes ?

Nous interroger sur les causes et les conséquences de deux décennies de crises que nous venons de vivre, devrait aussi nous permettre de répondre, individuellement et collectivement, à l'une des interrogations du Président Félix Houphouët-Boigny : « Ai-je fait, bien fait ce que je dois pour mon pays? ».

Il s'agit, en un mot, de s'interroger pour prendre conscience de nos erreurs du passé, afin de nous engager sur la voie d'une réconciliation vraie, sans préalable, sans chantage, sans hypocrisie, sans calcul politicien.

Le diagnostic des différentes crises établi par les experts, les commissaires de la CDVR et les populations elles-mêmes à travers les consultations nationales, montre que les principales sources de la fracture sociale sont : la quête du pouvoir politique, la lutte pour le leadership, l'exclusion (xénophobie, frustrations et problèmes identitaires), la mauvaise gouvernance et les problèmes fonciers.
Le rapport de la CDVR nous offre l'image de nous-mêmes, l'image de ce que nous avons été dans nos rapports à la Société, à la Politique, aux autres et aux Institutions. Il nous présente aussi nos rapports avec ceux qui sont différents par leurs origines, leurs façons d'être, de penser ou de croire.

Mais une fois le diagnostic fait, il convient aussi d'identifier et de mettre en œuvre toutes les mesures correctives nécessaires, pour qu'il n'y ait « PLUS JAMAIS ÇA »  dans notre beau pays.
A cet effet, les recommandations faites sur différents aspects de la vie nationale par la CDVR nous invitent à prendre des mesures économiques, sociales et politiques qui renforceront l'unité nationale, tout en minimisant les situations de frustration et d'exclusion.

-    Excellences, Mesdames et Messieurs ;

Au vu des conséquences dramatiques multiformes de ces crises, nous devons tous prendre conscience de la nécessité de changer notre manière de faire la Politique, et de nous abstenir de tenir des discours et poser des actes susceptibles de diviser les communautés et les populations.
Tous les moyens ne sont pas permis pour conquérir ou conserver le pouvoir.
Faisons de la politique un jeu sain, empreint de convivialité ; un jeu où vainqueurs et vaincus, tous issus de la même famille qui est la Côte d'Ivoire, mettent ensemble leurs énergies et leurs intelligences au service du développement national !

Apprenons aussi à vivre avec nos différences géographiques, raciales, ethniques, politiques ou religieuses !

Aujourd'hui, et par la grâce de Dieu, la crise est aujourd'hui derrière nous. Mais nous avons le devoir de consolider les acquis de notre marche vers la paix et la réconciliation nationale. Nous avons fait un grand pas en organisant avec succès l'élection présidentielle d'octobre 2015, dans un environnement sociopolitique apaisé.

Tous les problèmes ne sont pas réglés ; mais avec les  concessions réciproques et la volonté commune de revivre ensemble, nous pourrons nous entendre et nous comprendre. Le Cadre Permanent de Dialogue établi entre le Gouvernement et les partis politiques de l'opposition est l'un des indicateurs de la recherche de consensus autour des grandes questions qui concernent la vie nationale.
-    Excellences, Mesdames et Messieurs ;

Au nombre des recommandations de la CDVR, on peut mentionner celles relatives à la Démocratie, à la Nationalité et à la Citoyenneté, mais également au renforcement de l'État de droit et à un meilleur fonctionnement des Institutions.

La nouvelle Constitution, inspirée par Son Excellence Allassane OUATTARA, Président de la République, qui sera soumise au peuple de Côte d'Ivoire lors du Référendum du 30 octobre 2016, est en parfaite adéquation avec  cette recommandation. Car cette Constitution est le moteur de l'avènement d'une société nationale respectueuse des droits démocratiques de tous les citoyens, et soucieuse de la réduction des frustrations et des inégalités sociales.

C'est pourquoi, je voudrais saisir cette occasion pour inviter tous nos concitoyens à soutenir la nouvelle Constitution, qui pose les fondements de la Nouvelle Côte d'Ivoire : une Côte d'Ivoire de Paix, de stabilité, de fraternité et d'espérance.
La nouvelle Constitution Ivoirienne doit contribuer à l'émergence d'une conscience nationale ayant pour fondement l'expression démocratique, un accès équitable pour les citoyens à la justice, à l'emploi et aux services sociaux de base.
En définitive, la nouvelle Constitution a pour finalité de construire une Côte d'Ivoire plus fraternelle et solidaire.

Tous donc aux urnes le dimanche 30 octobre prochain, pour un VOTE MASSIF !

-    Excellences, Mesdames et Messieurs ;

Pour clore mes propos, je tiens à adresser mes sincères félicitations et mes remerciements à toutes celles et à tous ceux qui, directement ou indirectement, parfois dans l'ombre et la discrétion, ont été à la tâche et dont les contributions ont permis de produire ce rapport.
Vous me permettrez de citer, en particulier, le Premier Ministre Charles Konan Banny qui fut le  Président de la CDVR, et ses commissaires. Par leur ardeur au travail et leur engagement pour une Côte d'ivoire réconciliée avec elle-même, ils mettent entre nos mains un document qui permet à chacun de nous d'opérer, au niveau personnel ou en communauté, un exercice d'introspection.

J'adresse également mes remerciements à nos partenaires techniques et financiers, en particulier aux Agences du Système des Nations Unies et à l'ONUCI, aux Organisations Non Gouvernementales nationales et internationales, aux organisations de la société civile ivoirienne, aux Chefs traditionnels, aux leaders religieux et communautaire,   pour la part active prise dans l'accomplissement de la mission de la CDVR.

Aujourd'hui, les Ivoiriens doivent retenir que la paix est un bien précieux qu'il faut entretenir soigneusement, car « la paix, ce n'est pas un vain mot, c'est un comportement» comme aimait à le répéter le Président Félix Houphouët-Boigny.
Sachons, tous, hommes et femmes, jeunes et vieux, tirer les leçons du passé pour construire le présent et préparer l'avenir de notre pays.

Ensemble, relevons ce défi !

Je vous remercie de votre aimable attention.


Untitled Page


Autres titres

Untitled Page
PRIMATURE CÔTE D'IVOIRE | Site Officiel - République de Côte d'Ivoire
Copyright © 2008 - PRIMATURE COTE D'IVOIRE
Tous droits réservés | Conditions d'utilisation
Untitled Page
phpmynewsletter integration example
 
Abonnement à la Newsletter.
Boulevard Angoulvant Plateau
01 BP 1533 Abidjan 01
Tél. : (225) 20.21.11.00 / 20.31.50.00 / 20.25.13.00
Fax : (225) 20.33.20.28
Internet : www.premierministre.ci
Site réalisé par:
le service communication de la Primature
Hébergement:
SNDI
E-mail : info@primaturecotedivoire.net

Des suggestions, remarques, corrections ? Aidez-nous à améliorer ce site en écrivant à webmestre@primaturecotedivoire.net